Fil d’information en santé environnementale

Accueil > Les Profils > Portraits d'acteurs > Entente interdépartementale pour la démoustication du littoral méditerranéen (EID Méditerranée)

Les Profils

Entente interdépartementale pour la démoustication du littoral méditerranéen (EID Méditerranée)

vign2_moustique-eid.jpg

Parallèlement à sa mission de contrôle de la population des espèces nuisibles / nuisantes de moustiques, l'EID Méditerranée intervient également dans la lutte antivectorielle (...)

Depuis 1958, l’Entente interdépartementale pour la démoustication du littoral méditerranéen (EID Méditerranée) est, en matière de démoustication, de gestion et d’observation des zones humides littorales et de restauration de cordons dunaires, l’opérateur des collectivités territoriales : Conseils départementaux des Pyrénées-Orientales, de l’Aude, de l’Hérault, du Gard, des Bouches-du-Rhône, du Var, Région Languedoc-Roussillon et 219 communes constituant sa zone d’intervention. Cette mission est encadrée par des textes législatifs et réglementaires (loi du 16.12.64 consolidée et décret du 01.12.65 consolidé).

Parallèlement à cette mission centrale de contrôle de la population des espèces nuisibles / nuisantes de moustiques, l'EID Méditerranée intervient également dans la lutte antivectorielle, depuis l’installation en métropole (2006) du « moustique tigre » Aedes albopictus , vecteur potentiel de la dengue et du chikungunya.

La « lutte antivectorielle » a pour objectif de casser une éventuelle chaîne de transmission vectorielle et d’éviter ainsi une épidémie. Elle intègre une panoplie variée de moyens préventifs et curatifs, combinant principalement les « participations communautaires » (comportements préventifs) et les traitements insecticides. Elle mobilise une pluralité d’acteurs : sanitaires, scientifiques et techniques, de l’État, des collectivités territoriales et du domaine de la recherche.

Les traitements imagocides (contre les moustiques à l’état adulte) sont une composante de la lutte antivectorielle (LAV), consistant en des opérations insecticides contre Aedes albopictus . Ces traitements sont effectués par l’EID Méditerranée, opérateur public, pour le compte des conseils départementaux concernés, à la demande des Agences régionales de santé de leur resort respectif : ARS Languedoc-Roussillon, ARS Provence-Alpes-Côte-D’azur, ARS Midi-Pyrénées…

Les traitements sont réalisés autour du lieu de vie d’un cas « suspect » - ou, a fortiori , avéré – de dengue ou de chikungunya, dans un secteur où le « moustique tigre » Aedes albopictus est installé (niveaux 1 et suivants du plan national antidissémination du chikungunya et de la dengue ). Il s’agit d’éliminer les moustiques à l’état adulte sur un territoire restreint (150 mètres de rayon environ, à partir du lieu où a séjourné le cas « suspect »), compte tenu des faibles capacités de dispersion de cette espèce.

Contact : Charles Jeannin, chargé d'études -  cjeannin@eid-med.org - 165, avenue Paul-Rimbaud - 34184 Montpellier Cedex 4 - Tél. +33 (0)4 67 63 67 63 - Fax +33 (0)4 67 63 54 05 - www.moustiquetigre.org - Facebook EID Méditerranée

www.eid-med.org

www.albopictus06.org

www.albopictus13.org

www.albopictus83.org

Source : Fil-à-Fil N° 13 – Octobre 2015 – Moustique tigre et maladies émergentes


Fil d’information en santé environnementale - Plan du site - Crédits