Affichage détaillé (Le Fil)


Perturbateurs endocriniens : la France engage la reconnaissance du Bisphénol B comme " substance extrêmement préoccupante "

A la suite de la publication d’une étude de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation (Anses) sur les propriétés de perturbateur endocrinien du Bisphénol B, Elisabeth Borne, ministre de la Transition écologique et solidaire et Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, ont décidé d’engager les procédures permettant de reconnaître cette substance comme perturbateur endocrinien. Cette reconnaissance, dans le cadre du règlement REACH, doit permettre à terme d’éviter son utilisation comme substituant au Bisphénol A ou Bisphénol S

Publié le 24/10/2019

Reach, Communiqué de presse, Bisphénol A, Perturbateur endocrinien

Polluant