Le Fil

Le fil d'information en santé environnementale

Résultats 1 à 10 sur 426 :   123456789101112131415>>>

426 résultats - Nombre de résultats par page :

INCa logo

Lancement de la stratégie décennale de lutte contre le cancer 2021-2030

Rappel des 4 axes :

1. Améliorer la prévention :
2. Limiter les séquelles et améliorer la qualité de vie des patients
3. Lutter contre les cancers de mauvais pronostic chez l’adulte et chez l’enfant.
4. S’assurer que les progrès bénéficient à tous : les mesures transversales visent résolument à faire en sorte que le progrès bénéficie à tous.

A noter que l'environnement constitue une priorité nouvelle de cette stratégie décennale. La stratégie s'articule en particulier avec le Plan national santé environnement (PNSE) et  la Stratégie nationale sur les perturbateurs endocriniens La recherche sera structurée pour mieux appréhender les expositions, leurs effets, notamment les effets cocktail. Voir en particulier la Fiche Action 1.7 Répondre à la préoccupation collective sur l'environnement  de la Feuille de route 2021-2025 (p. 15)

Dossier de presse - 4 février 2021

Revoir les Rencontres 2021

Publié le 06/02/2021

Air, Alimentation, Environnement professionnel, Pathologies, Promotion de la santé, Radioprotection, Santé publique


Capture

COVID-19 : Modes de transmission et mesures de prévention et de protection contre les risques, incluant le rôle de la ventilation

Le SRAS-CoV-2, le virus qui cause la Covid-19, se transmet principalement lors de contacts rapprochés entre les personnes, à moins de 2 mètres de distance, et prolongés durant plus de 15 minutes. Une part de cette transmission se fait par les aérosols dans l’air. Il est toutefois difficile de distinguer comment se fait réellement la transmission puisqu’à proximité, elle peut autant avoir été causée par un contact direct, par les aérosols dans l’air que par un contact avec une surface contaminée par des particules respiratoires émises par une personne infectée. C’est la raison pour laquelle l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) qui publie cette FAQ parle d’un continuum : ce sont toutes des particules respiratoires de différentes tailles qui contribuent à la transmission.

INSPQ, 2021-01-13

Publié le 15/01/2021

Covid-19, Contamination, Air extérieur, Air intérieur, INSPQ

Air, Environnement, Pathologies, Promotion de la santé


Capture

Lancet Countdown : 2020 Report

Le Lancet Countdown sur la santé et les changements climatiques est une collaboration internationale et multidisciplinaire qui vise à analyser les liens entre la santé publique et les changements climatiques. Il réunit 38 établissements universitaires et agences des Nations Unies de tous les continents, s’appuyant sur l’expertise de climatologues, d’ingénieurs, d’économistes, de spécialistes des sciences politiques, de médecins et d’autres professionnels de la santé. Chaque année, le Lancet Countdown publie une évaluation de l’état des changements climatiques et de la santé humaine, dans le but de fournir aux responsables des politiques une orientation stratégique d’une grande pertinence fondée sur des données probantes, soit dans cinq domaines clés et à l'aide de plus de 40 indicateurs.

Cette année, le rapport souligne l'augmentation des incendies de forêt et des tempêtes tropicales en 2020, des vagues de chaleur et des carences alimentaires d'un monde qui doit également faire face à une pandémie de Covid-19. Il indique : " Aucun continent, pays ou communauté n'est à l'abri des effets du changement climatique sur la santé. Aligner la reprise mondiale du Covid-19 avec notre réponse au changement climatique offre la possibilité de protéger la santé, de promouvoir une économie durable et de préserver notre planète. "

Nick Watts, Markus Amann, Nigel Arnell (et al.), The 2020 report of The Lancet Countdown on health and climate change: responding to converging crises, The Lancet, 2020-12-02 (rapport complet en anglais)

Le document pour la situation en France présente les données du rapport mondial 2020 du Lancet Countdown en mettant l'accent sur quatre domaines : les effets de la chaleur sur la santé, la pollution atmosphérique, les villes durables et résilientes, et l’implication spécifique des médecins et des professionnels de santé.

Compte rendu à l'intention de la France (6 p.)

Publié le 03/12/2020

Changement climatique, Santé environnementale, Rapport

Air, Alimentation, Climat, Eau, Environnement, Pathologies, Risques majeurs, Santé publique, Sol


Capture

Les intoxications au monoxyde de carbone peuvent concerner chacun de nous. Adoptez les bons gestes pour réduire les risques

En raison du confinement et du temps passé à la maison, il convient d’être encore plus vigilant sur les risques d’intoxication au monoxyde de carbone (CO) liés à l’utilisation d'appareils de chauffage ou d'éclairage défectueux utilisant des combustibles (gaz naturel, bois, charbon, fuel, butane, propane, essence ou pétrole etc.). Invisible, inodore et non irritant, le monoxyde de carbone est indétectable. Des gestes simples contribuent pourtant à réduire les risques.

Publié le 26/11/2020

Monoxyde de carbone, Campagne d'information, Santé publique France

Climat, Pathologies, Promotion de la santé


inserm

Rôle possible de l'exposition aux perturbateurs endocriniens dans la sévérité de la Covid-19

Une nouvelle étude suggère que l’exposition à des produits chimiques qui dérèglent le système endocrinien (les perturbateurs endocriniens ou PE) pourrait interférer avec différents signaux biologiques du corps humain jouant un rôle important dans la sévérité de la Covid-19.

Qier Wu, Xavier Coumoul, Philippe Grandjean, Robert Barouki, Karine Audouze, Endocrine disrupting chemicals and COVID-19 relationships: A computational systems biology approach, Environment International, 2020-11-20, 106232, ISSN 0160-4120, https://doi.org/10.1016/j.envint.2020.106232. (http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0160412020321875)

Publié le 20/11/2020

Perturbateur endocrinien, Covid-19, INSERM, Article

Pathologies, Polluant


Capture

Exposition aux moisissures dans l'air extérieur et asthme chez l'enfant : rapport de l'Anses

Suite à ses travaux relatifs aux moisissures dans l’air intérieur, l’Anses a examiné quelles moisissures étaient présentes dans l’air extérieur et leurs effets sur la santé. Comme pour celles présentes en intérieur, l’expertise de l’Anses montre qu’elles exacerbent l’asthme chez les enfants. Mais la réduction des sources de prolifération des moisissures est complexe puisque leur développement dépend des conditions climatiques et de la végétation. L'agence préconise néanmoins daméliorer la surveillance des moisissures de l’air extérieur exitant et de former les professionnels de santé sur les effets sur la santé des moisissures de l’air extérieur, en particulier sur les risques d’exacerbation de l’asthme chez l’enfant.

Impact sanitaire de l’exposition aux moisissures présentes dans l’air ambiant. Avis de l’Anses. Rapport d’expertise collective, Anses, 2020-07, 222 p . [En ligne le 17 novembre 2020]

Publié le 17/11/2020

Air extérieur, Asthme, ANSES, Avis

Air, Pathologies


Capture

Rayons du soleil et risque de cancer

Cette fiche du portail Cancer & environnement vient d'être mise à jour. Après une présentation générale, cette fiche présente les sources d'émission d'ultraviolets, les effets biologiques des rayonnements ultraviolets, la prévention et le dépistage des cancers de la peau, les recommandations et les dernières évolutions.

Publié le 12/11/2020

Soleil, UV, Cancer de la peau, Portail Cancer et environnement

Pathologies, Promotion de la santé


hcsp_logo

Coronavirus SARS-CoV-2 : chauffage, aération, ventilation, préparation hivernale des bâtiments

Quels sont les messages à retenir en matière de chauffage des locaux et de préparation hivernale des bâtiments dans le contexte de l’épidémie de Covid-19 ?

Dans un avis du 14 octobre 2020, le Haut conseil de la santé publique (HCSP) recommande de maintenir le chauffage des espaces clos collectifs, afin d’atteindre une température de confort en adéquation avec l’activité des occupants. Il convient par ailleurs d’assurer le renouvellement régulier de l’air des locaux avec un apport d’air neuf qui devra, si possible, être augmenté.

La mesure en continu de la concentration en dioxyde de carbone (CO2), à l’aide de capteurs, permet d’en juger la qualité.

Le HCSP recommande de limiter strictement la jauge d’occupation à ce que permet le débit réel d’air neuf entrant dans le local tout en respectant la distanciation physique. Il propose que les appareils de chauffage à air pulsé et les systèmes de ventilation mécanique soient maintenus en fonctionnement continu. Le HCSP recommande de vérifier l’absence d’obstacles au bon fonctionnement de la diffusion de l’air dans les locaux, et d’éviter le recyclage d’air par l’installation centralisée de traitement d’air pour éviter le transfert éventuel d’aérosols viraux dans plusieurs locaux.

Le HCSP souligne la nécessité d’ouvrir les fenêtres pendant quelques minutes, plusieurs fois par jour, afin d’augmenter encore le niveau de renouvellement d’air dans les locaux. Il rappelle qu’une hygrométrie trop basse favorise la formation d’aérosols.

Avis relatif à l’utilisation des appareils de chauffage dans le contexte de l’épidémie de Covid-19 , HCSP, 2020-10-14, 12 p. [En ligne le 22 octobre 2020]

Publié le 23/10/2020

Maladie infectieuse, Qualité de l'air, Habitat, Chauffage, HCSP, Avis, Air intérieur

Air, Habitat, Pathologies


Punaise

La punaise de lit. Un fléau à l'ombre des politiques publiques. Ca pique !

Intitulé « La Punaise de lit, un fléau à l’ombre des politiques publiques », un rapport de la députée Cathy Racon-Bouzon (LRM, Bouches-du-Rhône) fait état d’une « recrudescence » récente de ce parasite dans les logements. En cause, notamment, « l’augmentation des déplacements internationaux, du développement des locations saisonnières de type Airbnb, et des échanges de biens d’occasion entre particuliers »

Publié le 20/10/2020

Punaise de lit, Rapport

Environnement, Pathologies


Capture

Baromètre santé environnement : nouvelles données sur les perceptions des habitants de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur

L’Observatoire régional de la santé Provence-Alpes-Côte d'Azur présente cette année de nouvelles données sur les perceptions des habitants de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, sur les liens entre leur environnement et la santé, en particulier sur les maladies à transmission vectorielle et sur la qualité de l'air extérieur. Ces données proviennent d’enquêtes financées par la Région et l’Agence régionale de santé (ARS), réalisées pour mieux connaitre les préoccupations de la population et leurs évolutions, pour mieux répondre à ses besoins d’information et ajuster, sur la base d’un dialogue continu avec toutes les parties prenantes, les orientations des plans régionaux.

Publié le 15/10/2020

Moustique, Qualité de l'air, Air extérieur, Perception, ORS Provence-Alpes-Côte d'Azur

Air, Environnement, Pathologies


Résultats 1 à 10 sur 426 :   123456789101112131415>>>
Afficher/masquer