Fil d’information en santé environnementale

Accueil > Les Profils > Portraits d'actions > Prévenir les allergies au pollen de Cupressacées

Les Profils

 

Prévenir les allergies au pollen de Cupressacées

inra.JPG

En région méditerranéenne, le pollen de Cupressacées (Cyprès, Genévriers, Thuyas...) est particulièrement abondant, représentant le tiers du spectre pollinique annuel, et provoque des allergies allant du simple désagrément aux rhinites et conjonctivites invalidantes. Cette allergie se manifeste principalement en fin d'hiver et peut s’étendre sur près de 6 mois (novembre-avril) en raison du nombre important d’espèces végétales à l’origine du pollen.

Dans le cadre d’un partenariat avec l’Hôpital Nord de Marseille - Université de la Méditerranée (Denis Charpin, Service de pneumologie-allergologie), Montpellier Supagro (Michel Calleja et Isabelle Farrera, Unité de Palynologie) et le Laboratoire des Pollens et du Micro-environnement de Valence (Vincent Penel), l’Unité d’Écologie des Forêts Méditerranéennes de l’INRA centre PACA (Christian Pichot) a développé depuis près de 15 ans des recherches sur la prévention des pollinoses dues aux Cupressacées.

Les travaux de l’INRA portent d’une part sur la prévision du risque d’exposition au pollen par le développement d’un système d’information de prévision spatio-temporelle des émissions de pollen (Cartopollen*) et d'autre part sur le développement de stratégies de réduction de la quantité de pollen : sur le court terme par la taille des haies ;  sur le long terme, par la création de variétés produisant très peu ou pas de pollen.

En éliminant une partie des cônes mâles producteurs de pollen, la taille des haies contribue en effet à réduire l'exposition. Sur un dispositif expérimental installé en 2004 en zone urbaine (Montpellier) comparant les quantités de pollen capté à proximité des parties taillées ou non taillées, nous avons pu évaluer cette réduction à 30% (Charpin et al., 2011). Il est conseillé de procéder à la taille dans les semaines ou mois précédant la période de pollinisation et bien entendu de ne pas tailler pendant cette période. Le bénéfice de la taille est attendu sur plusieurs années car les arbres ne reconstituent que progressivement leur biomasse aérienne.

La sélection de variétés (ou cultivars) de cyprès verts (Cupressus sempervirens) peu pollinisants s’effectue en partie par la prospection de la variabilité génétique existant au sein de l’espèce. Cette démarche est celle classiquement mise en œuvre pour sélectionner des individus présentant les caractéristiques recherchées : forme de l’arbre, tolérance aux maladies... et ici faible production de pollen. Une autre approche tirant profit des particularités de la reproduction sexuée d’un autre cyprès méditerranéen, le Cyprès du Tassili (Cupressus dupreziana) est également mise en oeuvre. Cette espèce réduite aujourd’hui à environ 230 individus dans son aire naturelle, le désert du Tassili N'Ajjer en Algérie, se comporte en effet en mère porteuse en produisant des embryons issus uniquement du développement du pollen (Pichot et al., 2001). Chez cette espèce l’intégralité du patrimoine génétique provient donc du père au travers d’un grain de pollen que contient tous les chromosomes. L’aptitude du Cyprès du Tassili à être mère porteuse s’exprime également vis à vis du pollen de cyprès  vert ne contenant lui que 50 % des chromosomes (Pichot et al., 2008) et les plants produits sont attendus stériles. L’INRA développe ainsi une stratégie de sélection de cyprès verts non pollinisants à partir de graines produites par le Cyprès du Tassili.

 * Cartopollen fait l’objet d’une présentation spécifique dans la "Rubrique méthodologique" ci-dessous.

Contact : Christian Pichot - INRA Domaine Saint-Paul, Site Agroparc 228 route de l'Aérodrome CS40509 84914 AVIGNON CEDEX 9 -  Tél. (0) 4 32 72 29 66 - christian.pichot@inra.fr - www6.paca.inra.fr/ecologie_des_forets_mediterraneennes

Pour en savoir plus :

Charpin, D., Pichot, C., Calleja, M. (2011). Trimming cypress tree hedges and its effects on subsequent pollination. Annals of Allergy Asthma and Immunology, 106 (3), 259-260. DOI : 10.1016/j.anai.2010.12.007. http://prodinra.inra.fr/record/209824

Pichot, C., El Maataoui, M., Raddi, S., Raddi, P. (2001). Surrogate mother for endangered Cupressus. Nature, 412 , 39.  http://prodinra.inra.fr/record/61890

Pichot, C., Liens, B., Rivera Nava, J. L., Bachelier, J.B., El Maataoui, M. (2008). Cypress surrogate mother produces haploid progeny from alien pollen. Genetics, 178 (1), 379-383. DOI : 10.1534/genetics.107.080572. http://prodinra.inra.fr/record/23082

(rédigé en mars 2017)


Fil d’information en santé environnementale - Plan du site - Crédits